Le kidnapping de chiens se répand - Toulouse et sa région

Aller en bas

Le kidnapping de chiens se répand - Toulouse et sa région

Message  Cathy le Dim 13 Mar - 18:31

13/03/2011 - Officiellement, en sept mois, trois chiens ont été kidnappés et rançonnés sur l'agglomération toulousaine. Les derniers en date, il y a plus de 15 jours, ont attendu 10 jours avant d'être sauvés.

Audrey et Fabrice savourent le plaisir d'être avec leurs deux chiennes.
De braves toutous qui ont été enlevés le vendredi 18 février en fin de journée. Ils les ont retrouvés dix jours plus tard après les avoir cherchés dans toute la ville. Un jeune homme, en grande difficulté sociale, les aurait tout simplement décrochés alors qu'elles attendaient leur patron parti faire des courses au Casino du Pont des Demoiselles.

Dix jours plus tard, il a tenté de monnayer les animaux. Des « bâtards » pour lesquels il exigeait 450€. Une pratique qui se répand de plus en plus dans la ville et la région. « Le samedi, on a reçu un texto nous demandant de rappeler un numéro. Mon compagnon l'a fait », raconte Audrey. Ils rappellent et tombent sur le jeune homme. « On l'avait déjà croisé dans le quartier. Une fois, il nous avait demandé une cigarette, une autre fois, il avait joué avec les chiens. Il ne les lâchait pas des yeux », raconte Audrey.

Au téléphone, il assure « qu'un type avec une casquette blanche a enlevé les deux chiens », qu'il va tenter de les récupérer. Quelques minutes plus tard, l'affaire est conclue. Il a un chien, il faut lui rembourser 450€.

Samedi vers 11 heures, il se rend au Casino avec Vénus. Il tombe sur Fabrice qui, accompagné d'un ami, ne croit pas un traître mot de ce que le jeune homme raconte. « Il avait changé de version, il racontait que c'était un gitan qui avait volé les chiens… Mon compagnon a compris », raconte Audrey.

Le jeune homme encaisse des coups et est sommé de rendre la seconde chienne. « Il les avait mis chez lui, dans une pièce. C'était plein de merde et pisse. ça sentait mauvais », confie Fabrice.

N'ayant pas prévenu les services de police et fait justice lui-même, il risque d'être poursuivis. Tout comme le kidnappeur qui devrait être convoqué au commissariat et devant le tribunal correctionnel. Une de ses voisines assure : « Il a déjà eu des soucis avec les animaux, il ne semble pas être très soigneux avec eux ». Ce genre de méthode se propage sûrement dans la ville de Toulouse. « Si les propriétaires ne nous alertent pas, c'est un bon moyen de se faire un peu d'argent sans grand risque. Il suffit de mettre la pression sur les maîtres », confie un policier.

Ainsi, récemment dans le Grand Sud, le chien d'une retraitée a été rançonné. Elle a payé et retrouvé son toutou. Il a été volé à nouveau quelques jours plus tard.

Henri Barbe, président de l'Antac-Europe se bat depuis les années quatre-vingt-dix pour la protection des animaux de compagnie. « En deux ans, les kidnappings de chiens sont devenus monnaie courante. Il y en a régulièrement. C'est un moyen de se faire de l'argent assez facilement… C'est la nouvelle délinquance », estime-t-il.

Un comportement délictuel accentué par l'habitude prise par les gens de promettre des récompenses. En quelques mois, Henri Barbe a été mis au courant de plusieurs faits commis sur l'ensemble de la région. « Là, la rançon était élevée. De mémoire, elle variait de 1000 à 1500€», se souvient-il.

En juin dernier, Toto, un bouledogue avait été dérobé alors qu'il se trouvait chez lui dans une maison de Vieille-Toulouse. Trois jeunes l'avaient enfermé dans un garage du quartier de Bagatelle à Toulouse. Toto devait être échangé moyennant une rançon de 450€. Mais, sa propriétaire a d'abord alerté les services de police. Intervenant à ses côtés, les policiers de la brigade anticriminalité ont réussi à interpeller les trois jeunes auteurs présumés de l'enlèvement. « Je milite pour que ce soit comme en Italie : on ne remet jamais d'argent. Il y aura des incidents, peut être graves, mais au bout d'un moment ces méthodes cesseront », explique Henri Barbe.

Un brin extrémiste ? Sans doute. Le président d'Antac-Europe rappelle toutefois : « Les gens promettent des récompenses sur les annonces, les affiches. Cela aiguise les appétits ». Sachant qu'il y a de l'argent à la clef, les malfaiteurs de tous poils s'en donnent à cœur joie. Ainsi, il n'y a pas si longtemps, une femme a payé sa rançon. Elle n'a toujours pas revu son animal.



http://www.ladepeche.fr/article/2011/03/13/1033590-Le-kidnapping-de-chiens-se-repand.html
avatar
Cathy
Admin

Messages : 2457
Points : 6175
Réputation : 0
Date d'inscription : 26/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://cathy83.sosblog.fr/bienvenue-b1.htm

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum